L'envers des rimes

accueil des poètes et des nouvelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Yann est arrivé. Chapitre 8

Aller en bas 
AuteurMessage
Natacha Péneau

avatar

Nombre de messages : 1684
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Yann est arrivé. Chapitre 8   Mar 2 Oct - 6:25

Yann est arrivé

Yann est arrivé dix huit mois après Vlad, Yves jouait dans un théâtre politiquement engagé…La révolte de la Jacquerie… c’est là que j’ai connu Roger Hanin… il avait un gabarit d’enfer mais une petite voix qui ne passait pas la rampe, ce qui sur scène est un grand handicap, d’ailleurs la suite de sa carrière l’a prouvée. Il a surtout fait du cinéma et de la télévision …
R.H. venait chez nous très souvent il traînait la savate, jouait dans un cabaret un rôle de boxeur comique qui lui rapportait à peine de quoi vivre…
Un jour il nous annonça qu’il hésitait à se mettre la corde au cou par le mariage, mais que l’affaire était vraiment trop juteuse pour la laisser tomber !
Une productrice de cinéma était tombée amoureuse de lui, légèrement plus âgée, pas très belle, mais qu’importe ! Il allait faire une série de films policiers et par ici la bonne soupe...
En plus elle était la sœur de Danielle Mitterrand ce qui à l’époque n’avait pas une grande importance mais qui sait pour les subventions avoir un pied dans le monde politique ce n’était pas mal ?
Il a fait une bonne affaire ! Après son mariage je l’ai très peu vu, une fois à une Générale au petit théâtre de Versailles. Il me présenta sa femme qui me voyant se sentit menacée, alors qu’il n’y avait pas lieu de l’être. J’avais dix ans de moins qu’elle et elle surveillait jalousement sa proie, quand après une émission de radio les camarades allaient prendre un pot R.H. devait filler à la maison car il était littéralement tenu en laisse, c’était le prix à payer pour les films que sa femme produisait pour lui, avec lui en vedette.
Plus tard Yves s’aperçu qu’R.H. l’enviait pour sa carrière théâtrale, il a voulu, par exemple jouer le rôle du professeur de la Leçon de Ionesco où mon Péneau se taillait un large succès…au théâtre de la Huchette à Paris.
R.H. reprit ce rôle dans un grand théâtre provincial et se cassa la figure en trois jours. Évidemment il fallait une voix, du souffle tout ce que l’acteur donne quand il est face au public ! Le cinéma n’en a pas besoin. A-t-il été heureux ? Je n’en sais rien.
Quand Mitterrand fut élu il s’écriât, devant tous les comédiens présents dont Yves : « Maintenant je vais me faire des couilles en or ! » vulgaire mais vrai.
Quelles années plus tard Mitterrand disait à la télévision :
« Après ma mort on m’aura oublié mais on parlera encore de R. H.. »
Ce qui est faux. En bien ou en mal Mitterrand restera encore longtemps dans l’histoire de France, Roger H. tombe déjà doucement dans l’oubli.
A cette époque de notre vie, nombreux furent les artistes et metteurs en scène qui venaient à la maison. Nous étions tous jeunes pleins d’espoir dans l’avenir et la tête farcie de projets ! Parmi nous certains ont réussi, d’autres ont végété et le reste a disparu dans la foule des anonymes. Parmi les réussites il y en a quelques unes dues à la chance, la ténacité et parfois au talent !
Notamment Antoine Vitez jeune homme sortant d’un cours de théâtre et faisant ses premiers pas sur scène ! Il venait très souvent à la maison car il était un grand admirateur d’Yves qui avait appris la langue russe ainsi que sa culture classique et moderne…
Antoine Vitez apprit le russe également, avec plus de succès qu’Yves car il n’avait aucun accent…Nous l’avons emmené chez ma grand-mère qui n’a jamais voulu croire qu’il était français tellement son accent tonique était juste.
Souvent nous parlions russe ensemble cela faisait de la pratique à mes deux ‘français’.
Plus tard devenu secrétaire d’Aragon, Antoine V. poursuivit une carrière qui l’éloigna pour un temps du théâtre. Un temps seulement, car après plusieurs années passées auprès d’Aragon il revient vers le théâtre, obtient un cours au Conservatoire de Paris, fit de nombreuses mises en scène et termina directeur au théâtre du TNP. Il avait choisit une pièce d’Yves à monter au TNP, mais hélas mourut jeune, sans avoir pu donner suite à ce projet.
Yves écrivait une pièce de théâtre inspirée de « Salle six. » une nouvelle de Tchekhov très poignante qu’il adapta pour la scène. Cette pièce fut jouée à Radio-Paris et la radio d’Alger.
Les tournées Karsenty étaient prêtes à la monter si Fernand Ledoux acceptait de jouer le rôle principal… C’était une aubaine pour nous, mais hélas Ledoux adepte du yoga n’a pas voulu prendre sur lui un rôle aussi pesant. Il l’a joué à la Radio, mais refusa une tournée de plusieurs mois.
La vie continuait avec ses bonnes et ses mauvaises surprises. C’était encore une déconvenue dans la carrière d’auteur d’Yves !
Je reviens à ma vie familiale. Yann est né en Janvier 1954. Je venais d’enterrer ma grand-mère, celle qui m’avait élevée et que j’aimais comme une mère…
Papa et moi étions liés par le même chagrin. Nous nous sommes sentis orphelins tout à coup ! Moi seule devant la charge de cette grande famille à laquelle venait s’ajouter mon père et ma sœur.
Ma sœur était pensionnaire mais venait à la maison aux petites vacances, je devais prendre toutes les décisions la concernant…Mon père se déchargeait sur moi… quand à ma mère, elle était toujours aussi inexistante et profondément indifférente, elle s’amusait, pour se justifier sans doute, a monter ma sœur contre Yves et moi, ce qui me rendait la tache plus difficile encore !
Pour nos vacances en famille Yves loua une chambre et cuisine à Saint Brévin en Bretagne…il y avait aussi Saint Brévin les Pins… lieu de villégiature…nous y rencontrâmes un ami d’Yves, c’est incroyable où que nous allions il y avait toujours un copain ou un ami d’Yves sur notre route. Un metteur en onde de la radio Charbonnier avait loué avec sa femme à Saint Brévin les Pins il produisait des émissions classiques pour l’alliance française Yves fit équipe avec lui pendant prés de trente ans. A quoi tiennent les choses ? à un fil.
Coïncidence, car juste après la guerre j’ai travaillé pour l’alliance française, je peignais sur du verre en noir et blanc en passant par toutes les tonalités de gris…Chaque dessin devait représenter un objet, un animal ou un personnage, pour apprendre le français aux enfants des colonies françaises. Par exemple : une maison dessiné et en dessous écrit : la maison.
Que nous sommes loin de tout cela avec les techniques actuelles, mais c’était un travail agréable et tout à fait à ma portée…
Mon père nous a rejoint en Bretagne pendant quinze jours. Avec lui la vie devenait plus facile, Yves et lui refaisaient le monde et je les écoutais. J’admirais ces deux intelligences différentes mais complémentaires, leur culture comblait mon besoin d’apprendre ...
Les vacances étaient finies, nous sommes tous revenus dans le vieux taxi de papa qui grinçait et soufflait dans les cotes. Papa profitait des bouchons de la route pour mettre de l’eau dans un réservoir qui lui envoyait un jet de vapeur dans la figure ! Avec le recul ce fut un voyage digne d’un film de Charlot... D’ailleurs ce vieux taxi a rendu l’âme à notre retour.
Pour moi, la rentrée était un moment de rêve… que nous apportera cette année ? Quelle pièce Yves va-t-il jouer ?
La vie s’ouvrait là devant nous chaque fois nouvelle avec des perspectives infinies….

*****************
à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natacha-peneau.fr
 
Yann est arrivé. Chapitre 8
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Bleus, premiers pas - Your Love Is My Healer - Kévin/Yann - PG13
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'envers des rimes :: VOS ECRITS :: VOS NOUVELLES.-
Sauter vers: