L'envers des rimes

accueil des poètes et des nouvelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Femme du comédien - L'ouragan chapitre 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natacha Péneau

avatar

Nombre de messages : 1684
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: La Femme du comédien - L'ouragan chapitre 2   Jeu 20 Sep - 2:51

L’ouragan

Ce voyage fut merveilleux : le jeu des baleines au loin sur les vagues, je ne me lassais pas de les regarder. Les poissons pilotes qui suivent le bateau en se nourrissant de nos restes. Ceux qui brillent la nuit comme une traine de mariée.
Les escales, le passage du canal de Suez qui sur la rive gauche était construit et habité grouillant de monde, par contre sur le coté droit une terre désertique à perte de vue...
La mer Rouge a vraiment des reflets rouges !
Entre la mer Rouge et l’océan Indien il y a souvent de grosses tempêtes.
Un soir la radio du bord nous annonce que le bateau va faire un détour pour éviter un cyclone.
« Ne restez pas sur le pont. Enfermez-vous dans vos cabines. Ne vous inquiétez pas si le bateau tangue un peu. »
Jusqu’à présent je n’avais jamais couché dans ma cabine située pratiquement dans la soute. Il y faisait une chaleur de plus en plus grande, un manque d’air et une odeur acre insupportable...J’avais élu domicile sur le pont des officiers où je dormais sur une chaise longue.
Nous n’étions que trois femmes sur ce transport de troupes. La femme d’un chirurgien, une infirmière et moi. Est ce l’amitié de la femme du chirurgien, ou la sympathie du commandant. Mais personne ne m’a délogée du pont durant le voyage.
Après l’appel radio je suis descendue dans ma cabine... Il faut obéir parfois !
Mais je suis remontée aussi vite .tellement l’odeur était fétide.
Il me fallait l’air pur de l’océan.
Les vagues se formaient au loin et grossissaient à vue d’œil, en arrivant sur nous elles se brisaient. Tangage et roulis devenaient de plus en plus prononcés.
Les vagues nous soulevaient puis elles emportaient le bateau avec elles ...Seul dans la nuit « Le maréchal Joffre » a lutté et tenu bon face aux éléments déchaînés.
Ma chaise longue glissait j’ai trouvé qu’en m’agrippant à la rambarde je faisais corps avec le bateau qui n’était plus qu’un bouchon balloté au gré de la tempête.
Tout à coup une porte s’ouvrit et je vis notre docteur se précipiter pour vomir tripes et boyaux par-dessus bord. Levant les yeux il me voit.
« Que faites vous là ? Vous êtes folle ! Après tout si vous voulez mourir c’est votre affaire. Je ne peux rien faire pour vous. »
Il est reparti cuver son mal de mer et moi j’ai continué de m’enivrer de sensations fortes...Depuis je n’ai jamais rien vécu de comparable.

Escale à Colombo dépaysement complet, puis à nouveau l’océan à perte de vue jusqu’à Singapour dernière escale avant l’arrivée au cap Saint Jacques où la végétation tropicale plonge dans l’océan devant l’estuaire du Mékong une des rare beauté de la nature dans le monde.
Le bateau prit le fleuve du Mékong qui mène à Saigon.
à suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natacha-peneau.fr
 
La Femme du comédien - L'ouragan chapitre 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le comédien Mouss Diouf est mort
» L´artiste comédien Muyombe gauche
» Des comédiens kinois bientôt en Europe
» Eloge de la dignité des comédiens
» Gaston Lepage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'envers des rimes :: VOS ECRITS :: VOS NOUVELLES.-
Sauter vers: