L'envers des rimes

accueil des poètes et des nouvelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le crime du hasard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bernard augendre



Nombre de messages : 135
Localisation : Nevers
Date d'inscription : 23/03/2006

MessageSujet: Le crime du hasard   Mar 30 Nov - 3:32

( Pour la petite histoire, je viens d'apprendre que cette nouvelle a obtenu le premier prix d'un concours organisé par le site "L'envie de vous lire" et la ville de Viroflay, en région parisienne. J'en suis évidemment trés heureux et je tenais à vous la faire connaître. Merci de me lire.)


Il est concentré sur sa ligne, les vaguelettes donnant à son bouchon le mal de mer, petite mer verte, couleur olive offerte par les roseaux et les aulnes de la rive. Il a, une bonne fois, soufflé très fort pour chasser de son esprit le stress engendré par le souvenir de cette dernière dispute qui a encore éclaté hier soir, avant le coucher, à propos de tout et de rien. Il a pesté intérieurement une dernière fois et son regard a suivi le fil de nylon jusqu’à l’eau. Des éclats transparents, un insaisissable reflet de lui ondulant au souffle du vent, un petit rien de bleu du ciel, sur tout cela flotte sa plume légère qui, il n’en doute pas, lui transmettra bientôt la précieuse information : un poisson mord à l’hameçon.

Elle s’est toujours trouvée trop petite. Et il n’est pas là ce bon à rien, parti elle ne sait où. Sans rien lui dire, bien sûr. De toute façon, avec lui, on ne sait jamais rien. Bon, tant pis, elle se débrouillerait toute seule, une fois de plus. Ce n’est pas une idiote d’ampoule grillée qui va lui gâcher la matinée. Ah si seulement elle était un chouia plus grande, une chaise suffirait. Oh non, il lui manque si peu ! Il va lui falloir monter sur la table. Voilà, ça y est. Ouf… par chance ce n’est pas une ampoule à vis, elle n’en a plus qu’une et elle est à baïonnette… Mickael Jackson, chouette !! Elle a toujours été folle de lui. Depuis sa disparition, toutes les radios ne passent pas une heure sans diffuser un de ces tubes. Quels hypocrites ces médias ! Avant sa mort, il était devenu le monstre de tous les scandales, et maintenant c’est l’artiste du siècle. Qu’importe, les vrais fans se reconnaissent et elle en fait partie. « Billie Jean », elle en sait chaque parole, c’est sa préférée. Bon, il faut changer cette ampoule. Et le déjeuner qui n’est pas prêt, elle n’est pas en avance ce matin. « Billie Jean ’s not my lover… » Un petit pas de danse sur la table, rien que pour elle, oh comme c’est bon, quel délice. Si son inutile de mari la voyait !!

Des lois définissent l’infini de l’Espace, le mouvement des astres, le tourbillon du Temps. Mais rien, jamais, n’est vraiment déterminé. Qui peut voir dans le lent froissement des jours l’écriture d’un destin ? Du Néant, peut-être, sont nés quelques infimes éléments de matière et des règles immuables les régissant, mais cette belle association, sans doute, fut-elle jetée ensuite dans le flou gris du Hasard. Car en dehors du cadre de ces données invisibles, tout apparait comme étant totalement libre, soumis au gré des vents, chaque être semblant décider, avec plus ou moins de discernement, de la suite à donner à son existence. Point de destinée donc, tout entier offert aux choix inconnus d’un Dieu silencieux, point de chemin sur lequel marcher en toute inconscience. Inconscience et conscience, ténèbres et lumières. La conscience, justement, voilà où tout se joue, où le Néant s’efface, où les Lois s’apprivoisent, où le Hasard, enfin, perd un peu de son impitoyable pouvoir.

Deux libellules se poursuivent effleurant l’eau. Deux insectes sans grande importance cherchent à se reproduire. Celle de couleur bleue est le mâle, ses yeux volumineux composés de milliers d’ommatidies lui donnent une vision très précise. Mû par un instinct puissant, il ne perd pas de vue cet autre lui-même, à peine différent. Un instant de repos au dessus de l’eau, cette longue branche dénuée de feuilles fait parfaitement son affaire. Ce début Juin est lumineux, d’une douce chaleur, les conditions sont bonnes, mais l’insecte est inconscient de chaque instant, de ces faveurs du printemps pour une reproduction réussie. La Vie en lui est totalement vouée à son idéal : se perpétuer de toutes les manières possibles, alors qu’importe qu’il sache ou non pourquoi il poursuit sa congénère, le hasard l’a placée devant lui et une seule chose compte maintenant : la crocheter pour lui permettre de transmettre ses gènes.

Un mouvement subtil, une valse d’insectes, est apparu une seconde infime devant son regard. La plus bleue des deux libellules s’est installée sur le scion de sa canne. Il a suivi des yeux cet insignifiant événement de la Nature, lui faisant perdre le fil, et sa conscience. Une courte seconde d’inattention. Un autre mouvement, entre les vaguelettes, mais qu’il ne perçoit pas. Son bouchon a plongé, un gardon de la taille d’une main est venu goûter à l’asticot. La ligne n’ayant pas été ferrée, le poisson a tranquillement titillé la larve jusqu’à sentir ce goût d’acier inconnu et effrayant qui l’a incité à fuir. A la surface, la plume est ressortie de l’eau, reprenant son monotone balancement.
Une heure plus tard, lassé de cette pêche infructueuse, il range son matériel et prend le chemin du retour.

La musique l’emporte loin de son quotidien de femme au foyer. Elle ne s’invente pas une autre vie, pourquoi faire, elle n’a jamais rêvé de participer à la « Star’Ac ». Elle se laisse pénétrer par le rythme, les mots de Mickael qui frappent, sa voix comme un instrument de percussion aux infinis nuances, cette mélodie mille fois entendue mais dont elle ne se lassera jamais. Une merveille !! Debout sur la table de sa cuisine, elle danse, elle a tout oublié, concentrée sur ces sons qui l’envoûtent, et son corps est parfait, il se colle à cette musique comme il ne l’a jamais fait. Consciente de sa douce folie, bouleversée par une joie profonde, coupant le souffle, elle en rirait presque, intensément vivante, et ce sont des larmes qui lui viennent aux yeux. Dans le trouble de ces larmes, elle voit du haut de son délire chaque objet de sa cuisine et chaque objet lui apparaît éblouissant. Par ce laisser-aller inattendu, son esprit, un instant, s’est grand ouvert, et le bonheur s’y engouffre sans retenue, opérant une métamorphose de chaque chose, offrant à son insipide existence une revigorante lumière.

Est-ce la lumière du dehors, la chaleur, les exquis frétillements, donnant tant d’informations, de ces autres elle-même qu’elle perçoit parfaitement dans l’obscurité grâce à sa vision qui s’étend jusque dans l’ultraviolet, les phéromones entêtants, tournoyant depuis l’aube aux abords de la ruche, qui les obligent tous à cette explosion d’activité ? L’abeille butineuse ne sait rien de tout cela mais elle reprend son vol, guidée vers des régions lointaines par le souvenir de ces danses, cartes de mouvements complexes inscrites pour un instant en sa courte mémoire. Son voyage est aléatoire, une halte sur un cerisier, une autre sur le pommier voisin, récoltant sur les étamines de leurs fleurs le précieux pollen. D’où lui vient cette étrange curiosité ? Sur la façade crème d’un pavillon de banlieue, un gigantesque espace d’ombre l’attire.

Les parfums du printemps pénètrent par la fenêtre ouverte, ainsi qu’une brise légère, les rayons du Soleil, le bruissement des feuilles nouvelles, et l’insecte inoffensif, mais indésirable car trop souvent confondu avec sa lointaine cousine : la guêpe.
« Billie Jean » n’a pas fini de harceler ce pauvre Mickael, elle est encore toute à sa danse improvisée quand elle aperçoit cette « guêpe » qui s’approche de son visage. Et là, c’est la panique. Ancré tout au fond d’elle, l’instinct de survie de sa race déclenche une brusque sécrétion d’adrénaline qui noie sa conscience et qui lui fait perdre d’un coup tout sens de la réalité de ce danger bien infime. Ses mains battent l’air, sa gorge s’emplit d’un cri d’hystérie qui jaillit irrépressiblement, couvrant le volume de la radio et le dernier souffle de Mickael qui s’éteint définitivement. Elle ne sait plus où elle est. Ses muscles lui transmettent une unique information : fuir. Une courte seconde d’inattention. Un de ses pieds marche en dehors de la table, se pose un instant sur le vide. Son cerveau n’a pas le temps d’analyser cette nouvelle donnée. La force de gravité, une loi physique implacable, qu’elle a pourtant bien su contrôler depuis son enfance, l’attire vers le bas. C’est la chute. Elle tombe, la poitrine offerte au plan de travail où est posé, parmi divers autres ustensiles, un porte-couteaux en forme de cœur, le sympathique design d’un objet bien mal équilibré. Après avoir heurté le rebord des éléments carrelés, sa chute se poursuit, ses bras impuissants à la retenir entrainant avec elle la boîte ridicule et les couteaux qui se libèrent un à un. Et le sol cruel la reçoit, en même temps qu’une longue lame dressée, en équilibre un infime instant, tenue verticalement par le poids de son manche, et qui la pénètre irrémédiablement au milieu du thorax, lui arrachant un second cri effroyable, lui retirant la vie.
L’abeille a fait le tour de la pièce et, n’ayant trouvé aucune bonne information à danser à ses sœurs, est ressortie de l’ombre, disparaissant dans la lumière.

Il va doucement sur son vélo. Pourquoi rouler vite, le temps est doux et rentrer chez lui ne l’enchante guère. Il n’a pas encore digéré la scène d’hier soir. Ces disputes sont de plus en plus violentes, ça ne peut plus durer. Mais bon sang, est-ce sa faute s’il ne trouve pas de boulot ? C’est la crise ! Elle regarde pourtant assez la télé, elle devrait bien le savoir. Bon, promis, cet après midi, il fait le tour des boîtes d’intérim, ça la rassurera peut-être.
Il dépose son matériel de pêche sur l’établi de son garage. Il rangera tout cela plus tard. Il pénètre à l’intérieur de la maison, appelle doucement sa femme pour lui signaler son retour. Pas de réponse. A cette heure elle est sans doute à la cuisine à préparer le repas. C’est vrai que c’est une bonne ménagère. Il n’a vraiment rien à lui reprocher, il devrait sérieusement penser à faire quelques efforts.
Dans la cuisine, un liquide rouge sur le carrelage. Mais qu’a-t-elle donc renversé ?
Il en est encore à chercher la cause de la présence de ce liquide quand il voit soudain derrière la table le corps recroquevillé de son épouse gisant sur le sol.
Aucun son ne sort de sa bouche, aucune pensée ne nait en son esprit. Une grimace monstrueuse lui crispe brusquement, douloureusement, le visage. Ses rétines sont saturées d’horreur, elles s’accaparent les images sans que son cerveau n’en comprenne aucun sens. De la poitrine transpercée au sang répandu, de ce couteau irréel planté dans ce corps sans vie, son regard halluciné ne veut plus rien saisir. Il tombe à genoux, les mains dans le liquide rouge, les yeux dans les yeux éteints de sa femme.

« Gendarmerie Nationale ! Ouvrez ! » « Gendarmerie Nationale, vous entendez ! Ouvrez cette porte ! »
--- Ah, Messieurs les gendarmes, vous êtes là, vous en avez mis du temps. J’espère qu’il n’est pas arrivé un drame.
--- Veuillez rentrer chez vous, Madame, laissez-nous faire notre travail !
--- Mais je suis la voisine, c’est moi qui vous ai appelé quand j’ai entendu les hurlements de cette pauvre Charlotte.
--- Euh… Oui, oui, bon…En effet. Euh…Ça ne répond pas, vous connaissez peut-être un autre moyen pour entrer chez ces gens.
--- Oui, oui, bien sûr, par le garage, c’est comme ça qu’ils font tout le temps. Je peux vous accompagner si vous voulez. Vous savez, ils se disputent presque tous les jours.
--- Merci, Madame, mais il vaut mieux que vous rentriez chez vous, s’il vous plaît. On vous fera signe si on a besoin de vous pour de plus amples informations. Merci encore.

---Vous vous expliquerez devant Monsieur le Juge. Mais s’il vous plaît, maintenant, arrêtez de nier les faits. Nous vous avons surpris prostré devant votre épouse poignardée, les mains pleines de sang, et vous persistez à dire que vous n’êtes pas son meurtrier. Soulagez votre conscience, mon vieux, tout est contre vous. Votre voisine est prête à témoigner de vos querelles incessantes. Avouez, mais avouez donc, nous gagnerons du temps !
--- Ah ! Comment as-tu pu faire une telle boucherie, sale enfoiré ? Ah si je ne me retenais pas ! Salopard !
--- Bon, je t’en prie, Julien, reste un peu professionnel. Ce n’est pas en l’insultant que les choses vont avancer.
--- Oui peut-être, mais en tous cas, ça soulage. Je ne peux plus les voir ces sales égorgeurs.
--- Je n’ai pas tué ma femme, encore moins égorgé. Mais puisque je vous dis que j’étais à la pêche et que, quand je suis revenu, je l’ai trouvée comme ça.
--- Et tu t’es empressé de te rouler dans son sang, sale fu…
--- Ça suffit maintenant, Julien, calme toi. Va plutôt vérifier son alibi. Va jeter un coup d’œil dans le garage, pour voir si le moteur de la voiture est encore chaud, par exemple, bouge toi, rends toi utile.
--- Je n’ai pas utilisé la voiture ce matin, j’ai pris mon vélo.
--- Bon Chef, je vérifie quoi alors. Son alibi ne tient pas debout. Ce n’est pas la peine de s’échiner pour un pourri pareil.
--- Arrêtez de m’insulter !! JE N’AI PAS TUÉ MA FEMME !!
--- Oh, oh, ne hurle pas, s’il te plaît. T’as ramené du poisson, au moins ?
--- Non ! Je n’ai pas eu cette chance, pas une touche. Oh mais quel dommage, quel dommage ! Si seulement un simple gardon avait pu mordre à l’hameçon, vous m’auriez cru.
--- Oui, sans doute. Mais pour l’instant, ce n’est pas le cas. Votre version des faits est bien fragile. Bon, Julien, par acquis de conscience, va jeter un œil dans ce garage.
--- Ok, ok, c’est toi le chef !

Le gendarme relève sur son calepin la présence du matériel de pêche trouvé sur l’établi : une vieille canne en fibre de mauvaise qualité, un ancien sac à main de l’épouse assassinée, rafistolé et dans lequel se perdent quelques malheureux hameçons, des plumes défraichies ou cassées, une bobine de fil nylon et tout un assortiment de plombs baignant dans des restes d’amorce, une bourriche en mailles de fer rouillées qui n’a retenu aucune trace d’humidité et, pour finir, une boîte d’asticots en plastique vert. « Un bien piètre pêcheur », ironise Julien.
La porte basculante du garage est restée grande ouverte et donne sur la rue. Le gendarme, retrouvant sa conscience professionnelle, examine avec soin les divers objets. Après avoir remis en place le vieux fourre-tout innommable, il s’apprête à saisir la boîte de plastique vert pour en inspecter l’intérieur. Quand soudain, à l’extrême bord de son champ de vision, une forme blanche. Ou plutôt une robe blanche. Il est jeune encore et c’est un prédateur. Son tableau de chasse est déjà bien satisfaisant mais il n’est jamais rassasié. Le serait-il un jour ? Pourrait-il un jour se passer de cette collection de femmes ? Dans l’encadrement de la porte, baignée de lumière, la robe blanche, légèrement transparente, est une apparition si délicieuse. Son appétit de mâle lui bâillonne la raison. Alors il regarde franchement la passante qui ralentit un bref instant et lui rend son sourire. Une courte seconde d’inattention. Il en oublie la boîte de plastique vert.
La jeune femme a continué son chemin, petite fée fugace. L’esprit malmené du gendarme replonge d’un coup dans les relents d’essence et de poubelles du garage.
« Bon, bon, ça suffit comme ça. Rien ici ne prouve qu’il dise la vérité. Tout ce fatras a pu être déposé là il y a des jours. Allez, assez tergiverser, c’est bien lui le coupable, on va pouvoir le coffrer ! »

Une larve de mouche, un asticot, gesticule et ondule sur le bois sale de l’établi. Il est sorti de sa prison, il est le seul à être libre. Mais pour lui rien n’a de sens, il mesure simplement inconsciemment que cette clarté soudaine est un danger, alors il se met en quête de l’obscurité perdue qui le protégera.
Dans quelques heures, la boîte de plastique vert, que le malchanceux pêcheur a malencontreusement laissée entrouverte, sera vidée. Tous les autres asticots auront suivi le premier évadé que le bouillant gendarme n’aura pas su voir et plus aucun indice ne viendra alors étayer les dires du pauvre mari accusé de meurtre, le disculpant définitivement.



Fin



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natacha Péneau

avatar

Nombre de messages : 1684
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Le crime du hasard   Mer 22 Déc - 3:35

Merci beaucoup de nous faire profiter de la nouvelle et FELICITATION !

Je te souhaite encore beaucoup de succés, et de bonheur pour l'année à venir
avec toute mon amitié
Natacha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natacha-peneau.fr
 
Le crime du hasard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dostoievski : Crime et châtiment ...
» Ferme les yeux..et tape 7 lettre au hasard.
» [Destremau Jean-Baptiste] Si par hasard
» Le Panthéon du Crime; éditions Walter Beckers
» Crime de lèche majesté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'envers des rimes :: VOS ECRITS :: VOS NOUVELLES.-
Sauter vers: