L'envers des rimes

accueil des poètes et des nouvelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Premer bal.

Aller en bas 
AuteurMessage
Natacha Péneau

avatar

Nombre de messages : 1684
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Premer bal.   Mer 17 Mar - 12:05

Premier bal .

Papa revient de son travail souriant , me regardant malicieusement il me dit « J’ai une surprise pour toi ! »
« Quelle surprise, papa ? »
Il sort un journal tout froissé de sa poche et nous lit à haute voix l’entrefilet suivant :
« samedi l’organisation russe de XXX vous invite au Bal de la libération …
Salons d’Iéna à partir de 21 heures . Tenue de soirée conseillée . »
« Tenue de soirée ? mais je n’en ai pas … papa , maman vous m’emmènerez à ce bal ? Oh, s’il vous plait ! »
C’était en 1945 j’avais déjà écumé pas mal de guinguettes de quartiers depuis la libération … Paris en liesse dansait dans tous les coins… Mais je n’avais jamais été à un vrai bal et en tenue de soirée en plus !
« Maman que va-t-on faire pour la tenue de soirée ? »
« Papa j’aurai le droit d’y aller ? dis oui papa…. »
« Bien sur , tu iras avec ta mère, je viendrai vous rejoindre plus tard . » me répondit -il en riant de mon exaltation…
La tenue de soirée voilà qui posait un énorme problème… en 45 on ne pouvait acheter le moindre bout tissu…et d’ailleurs nous n’avions pas d’argent.
Maman résolu ! le problème ,elle travaillait dans un atelier de peinture sur soie , des écharpes sortaient de ses mains pour aller directement en Amérique.
« Je vais emprunter de la soie et je vais te coudre une robe longue avec une décoration à l’épaule et à la ceinture… »
J’étais ébahie, « tu crois que tu pourras ? C’est merveilleux ! »
« Je pourrai juste si tu m’aides un peu. » me dit-elle. Je promis d’aider beaucoup…Moi aussi je travaillais dans un atelier de peinture …Tous les soirs à mon retour je n’arrêtais pas de poser mille et une questions à mes parents. Je les ai saoulés pendant les trois semaines qui précédèrent le Bal … La robe était l’objet de toute mon inquiétude.
Et puis : serai-je invitée à danser ? J’avais perdu contact avec les jeunes émigrés russes de mon âge…
Les autres plus âgés ne me regarderont même pas, j’en suis sure !
Une semaine avant le jour dit la robe était terminée… mais les décorations faites main par ma mère (au fixage) mon impatience était à son comble …cette robe blanche comme une robe de mariée me faisait un peu peur serai je bien dedans ?
Les décorations ne seront-elles pas un peu prétentieuses ?

Enfin le samedi du bal arriva . Maman m’aida à m’habiller… « comme tu es belle » moi ou la robe ? je pense que maman admirait plutôt la robe… Je dois dire qu’elle était splendide …le bas suffisamment évasée , le haut respectant la pudeur de mes quinze ans. La peinture sur soie était discrète et de bon goût …

« Papa dis moi : suis-je jolie ?»
« Tu es sotte : »

« Ne l’écoute pas ma petite fille, tu es magnifique ! » maman a toujours été en admiration devant moi…
Mes pires bêtises la faisaient rire, son indulgence était sans bornes …donc ses compliments tout en me faisant plaisir n’arrivèrent pas à me convaincre…

Papa nous emmena dans son taxi jusqu’ aux salons de l’Hôtel Lutécia…Il nous laissa à la porte
« A tout à l’heure, amuse toi bien ma petite fille ! »
Pour le moment j’étais morte de peur… Maman me donnait le bras elle me conduisit dans un coin où elle s’assit sur une chaise moi debout à coté d’elle… J’avais l’impression que tout le monde me regardait …
Et si personne ne m’invite je serai morte de honte !

L’orchestre prenait place ,la grande salle se remplissait rapidement…
Quand les premiers accords fusèrent je baissai les yeux , quelqu’un demanda à ma mère la permission de danser avec moi ! elle l’accorda bien volontiers et j’entendis plusieurs autres jeunes gens plaider pour les danses suivantes…

Ce fut le début d’une autre vie : j’ai quitté l’adolescence dans une robe de bal !
Je ne me suis pas assise une seule fois , j’ai dansé toutes les danses et fait la connaissances de la jeunesse russe de Paris qui émergeait de la guerre essayant d’oublier pour une nuit dans l’ivresse de la danse et de la musique ce que chacun de nous avions vécu pendant ces longues années de souffrances et de deuil …

Parmi tous ces jeunes gens tous plus attirants les uns que les autres je remarquais un jeune homme en uniforme de l’armée de l’air il ne me quittait pas des yeux et pourtant n’osa pas m’inviter à danser.
Chaque fois que je regardais de son coté nos regards se croisaient… Peut être ne savait il pas danser , après tout ?

Les autres moins timides me donnèrent rendez-vous pour le prochain bal … Tous les samedis on dansait de vingt heures à minuit à Galliera point de ralliement des émigrés russes de Paris … et une fois par mois les aînés organisaient un bal de nuit, la tenue de soirée n’étant plus de rigueur ! Ouf !

Mon premier bal se termina au petit jour. Papa nous ramena à la maison . Moi ivre de la vie que je découvrais et maman jurant que l’on ne l’y reprendrait plus à faire le pied de grue toute une nuit en me regardant danser…

Natacha Péneau
14/03/2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natacha-peneau.fr
 
Premer bal.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premier essai, entre faune et flore
» Les producteurs français des boutons du Premier Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'envers des rimes :: VOS ECRITS :: VOS NOUVELLES.-
Sauter vers: