L'envers des rimes

accueil des poètes et des nouvelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lettre X à Papy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie

avatar

Nombre de messages : 862
Age : 63
Localisation : CHOISY-LE-ROI
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Lettre X à Papy   Dim 22 Mar - 13:03

Le soleil s'étend sur la campagne. Les parents sont arrivés. Le voyage s'est bien déroulé et la journée s'annonce magnifique. En ce jour spécial "visite des parents " nous avons le droit de déjeuner à l'extérieur en leur compagnie. C'est ainsi qu'à deux pas du château, mes parents dénichent un petit restau-rapide.

- Comment va Papy, mon frère et ma soeur ?
- Ils vont bien, d'ailleurs Papy est à la maison, il est venu pour les garder.
- Les parents de Amour ne sont pas venus
- Tiens ! voilà une lettre de Papy, et un petit colis

Je m'empressais d'ouvrir le paquet, comme si il contenait un doux trésor.Et là, je découvrais une poupée Bella, poupée que j'avais toujours espèrée.

14 heures la fête commence bientôt.

Je rejoins mes copines, et ici et là, un vrai "remue-méninges". Les monitrices ne parviennent à nous calmer uniquement sous la menace de nous annuler la représentation " le bateau pour Tahiti ", et là....On entend une mouche voler. Lorsque toutes étions prêtes, après une courte répétition, nous allions donner en public cette représentation. Cela se situe sur l'emplacement entre la piscine et le château. Les menuisiers ont construit une barque des plus sommaires. Les parents installés tout autour du spectacle, portent des colliers de fleurs en papier crépon, oranges et jaunes, rappelant les couleurs chaudes de nos costumes. Je n'oublierai jamais cette chanson et le coeur que nous y mettions , c'était superbe! J'avais demandé la permission de rester les pieds nus, comme à mon habitude. Papa prenait des photos pendant que nous lançions nos colliers de fleurs à qui l'attrapperait, quand tout à coup, je sentis mes pieds mouillés, de plus en plus mouillés. Ah !!! Jojo était entrain de paniquer devant tout ce monde, qu'elle en laissait échapper son urine, et comme j'étais nus pieds et que je regardais en l'air, j'avais les pieds dans l'urine, ce qui me poussais à sortir du bâteau en criant, et là je fus éliminée du reste du tour de chant. Lorsque le chant fut terminé, Jojo se levait, sa jupe de crépon orange collait à ses petites fesses rebondies, et un ru orange coulait le long de ses jambes.

Dans la soirée, vers 17h30 les parents reprenaient le car. Nombre d'enfants pleuraient. Cela était à prévoir. J'avais écrit une petite lettre à Papy que je remis à maman, accompagnée d'une fleur jaune.

Ensuite nous sommes tous passés à la douche. Un vrai brouhaha, car le chant de Tahiti ne nous avait pas quittées. Dans le réfectoire, ce fut moins bruyant qu'à l'accoutumée. Nous étions fatiguées de cette journée un peu agitée.


On le nomme " Chacal " je ne sais qui l'a baptisé ainsi. C'est le gardien du château. Il a une jambe de bois, une béquille, si bien que lorsque qu'il marche sur un parquet où autre sol dur, on reconnait son pas qui claudique. Un visage fermé, Chacal, ne sourit jamais. Nous les enfants avons peur de lui. Si bien que lorsque nous sommes prêts à faire des sottises, on nous menace de rencontrer ce mystérieux Chacal. Il est si mystérieux, que de surcroit on lui attribue la méchanceté, la peur. Tout un cortège de sentiments ténèbreux.

Le jour se lève, il doit être tôt cependant.

- Marie...Marie tu dors ?
- Oui je dors, pourquoi
- Réveille-toi, j'ai une idée, suis-moi...chuuuttt surtout pas de bruit
- Tu veux faire?....
- Chuuuttt, regarde bien

Amour avait attrapé tous les tubes signal, dans les douze trousses de toilette (dentifrice)

- Tiens, tu fais comme moi, et surtout ne ris pas
- Je fais quoi ?
- Regarde : tu vides les tubes de dentifrice dans toutes les baskets
- Waouuu !!! çà va barder
- Chuuttt... Dépêche-toi, ensuite nous repartirons vite dans notre lit.

Cachées toutes les deux sous nos couvertures, nous faisions mine de dormir. Comme Amour feignait de ronfler, je faisais des efforts de concirconstance afin de ne pas pouffer de rire. Je commençais à etouffer sous la couverture...

à suivre....

_________________
La poésie est l'euphorie de l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lettre X à Papy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joyeux Anniversaire à notre Papy National.
» lettre liée
» Nathaniel Hawthorne - La lettre écarlate
» Bon vieu papy Nurgle
» Lettre de Denain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'envers des rimes :: VOS ECRITS :: VOS NOUVELLES.-
Sauter vers: