L'envers des rimes

accueil des poètes et des nouvelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 le trésor magique ou secrets de famille (5/FIN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Paisansage

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 69
Localisation : Lille
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: le trésor magique ou secrets de famille (5/FIN)   Mer 18 Mar - 7:49

...

Ma grand-mère remplaçait inlassablement de ces pots de confiture si tentants, les papiers sulfurisés percés de mes doigts potelés sans jamais me gronder. Elle avait ce doux sourire de connivence qui brouillait mes yeux de perles d'amour. Alors quand je me blottissais dans le nid douillet de ses bras protecteurs, je lui chuchotais mes confidences de complicité gustative : « La rouge… Au milieu… Elle était très, très, très bonne. Rien à voir avec celles de la cantine de l’école ! Tu devrais leur donner des conseils ! ». Il n'y avait rien pour elle au-dessus du très, très, très et je le savais. Dans ces instants ses yeux se brouillaient aussi et ses lèvres, d'une douceur extrême, se posaient sur mon front comme un remerciement duveté. Le secret des confitures ! Nous étions complices ! Elle était fière de ma gourmandise qui lui donnait une notoriété insoupçonnée sur la préparation de ces nectars de fruits. J’étais le dégustateur privilégié ! Vous entendez ! Oui privilégié et secrètement reconnu et incontesté à ses yeux, car la bouche d’un enfant n’est pas encore altérée. Souvent, elle testait d’autres recettes et attendait avec impatience ma visite au garde-manger dans la cave mansardée à l’ancienne, pour constater la grandeur des trous dans les papiers glacés et sulfurisés. Plus les trous étaient évasés, meilleure était à mon goût la confiture ! Meilleure était sa recette et elle le savait. En quelque sorte, j’étais le maître absolu dans le choix de ses confitures et jamais, je n’ai eu autant de responsabilités pour l’élaboration d’un produit aussi sucré de bonheur. Oui, je peux le dire maintenant, grâce à moi, grâce à mes dégustations clandestines, grand-mère était considérée par toute la famille comme la reine de la confiserie. Enfin…Laissez-moi le croire.

Papa enclencha une cassette de Monsieur 100.000 volts et machinalement je me retournai pour regarder par la lunette arrière la maison de Grand-père et de Grand-mère. La voiture, une belle Ds des années soixante, s’éloignait quand je vis derrière la grande fenêtre ouverte du rez-de-chaussée, mon Grand-père, une main levée dans la brise vespérale qui gonflait les voilages. Il caressa le vent de sa main fragilisée par les ans et me souffla ce message : «N’oublie pas, je suis toujours avec toi ». Alors, pour ne pas oublier cette image pleine de tendresse et de douceur, je tirai du fond de ma poche les mots secrets de mon grand-père. Je fermai les yeux, respirai profondément, et dans le parfum des confitures, j’interpellai mon nouvel ami :

Ô mon cœur, reçois cette graine d’émotion
Amasse et stocke la beauté de cet instant…


Mais comme un écho venant à contre-courant, porté par les rayons d’un soleil couchant, j’entendis la voix de … de ? De ? De mon père !!! Il disait :

Pour que demain et plus encore au fil des ans
Tu me donnes la lumière dans mes actions.


Bien des années se sont écoulées et je pense encore et toujours à mon grand-père et à ma grand-mère d'amour, quand sur un vieux papier froissé je dessine la beauté du jour, relis les instants aimés de mon passé et regarde en souriant mes enfants sucer leurs doigts devenus sucrés. Aujourd’hui, je sais que nos chers aînés à la chevelure blanche sont des traits d’union entre la vie et l’autre monde. S’ils voyagent parfois dans les nuages c’est pour mieux percevoir le chant mélodieux des messages édulcorés de nos Dieux. La sagesse leur est soufflée par le doux zéphyr et si parfois vous les apercevez, là-haut sur la colline, ébouriffés et marchant sur les verts tapis fleuris, sachez qu’ils cueillent dans le vent des bouquets de mots pour embellir nos vies de douces pensées au parfum de paix. Nos chers aînés aimés restent éternels dans nos mémoires et nous emmènent encore et toujours dans les jardins secrets des délices de l’imaginaire pour apaiser nos angoisses et nos colères passagères

Un jour, peut-être, le ciel sera mon ami. Mon épouse fera des confitures et j’irai là-haut sur la colline cueillir des mots aux mille senteurs de paix

FIN





paisansage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
le trésor magique ou secrets de famille (5/FIN)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Maggie Smith] Secrets de Famille
» Secrets de famille / A Nurse's Story
» [Machinima] Secrets de famille _ [15/09/12]
» Secrets de famille - Niall Johnson
» Arbre Magique (l') (VULLI) 1975

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'envers des rimes :: VOS ECRITS :: VOS NOUVELLES.-
Sauter vers: