L'envers des rimes

accueil des poètes et des nouvelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le trésor magique ou secrets de famille (4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Paisansage

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 69
Localisation : Lille
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: Le trésor magique ou secrets de famille (4)   Mer 18 Mar - 1:41

...
Thomas s’accroche au cou de son Grand-père, l’embrasse très fort et s’approchant de son oreille lui chuchote :
- Dis, tu me présenteras à ton ami de l’intérieur Grand-père ?
- Oh ! Il te connaît déjà et souvent il me fait passer des instants merveilleux avec toi.
- C’est vrai !
- C’est vrai.
- Tu me raconteras ? Juré ?
- Juré. Oh! En partant laisse la porte entre ouverte s’il te plaît.
- O.K, à dimanche prochain Grand-père.
Thomas couru vers son père qui revenait du jardin et ne pu s’empêcher de lui dire :
- Tu sais Grand-père connaît Gilbert Bécaud et va courir sur la colline aux pâquerettes avec ses copains d’enfance.
- Bien sûr…Bien sûr…
- Oh! J’ai oublié mes cartes de jeu « Deus » et ma casquette dans la chambre de Grand-père, je reviens tout de suite.

Toutes les fins de semaine, quand le temps le permettait, le père de Thomas binait et ratissait la terre du potager. Il aimait jardiner cette terre qu’il connaissait si bien. Son enfance bien sûr. Les fruits et légumes frais. Les odeurs. Les parfums des fleurs. Il portait toujours la même vieille veste de toile bleue aux manches trop courtes et délavée par des années et des années de lessivage. Elle restait au hit parade de son cœur mais je pense qu’aux yeux des voisins, il voulait montrer son antériorité dans le jardinage. Il faisait même des jeux de mots sur le potager…Tenez celui ci par exemple :

Si tu cultives longtemps l’amitié
Tu récolteras un bon pote âgé.


Pendant que son père entrait dans la salle de bains, Thomas s’avança vers la porte entre ouverte de la chambre de son grand-père et dans le calme des lieux, il entendit clairement une voix suave qui murmurait :

Ô mon doux ami,
Les événements anciens me rajeunissent
Mais les événements nouveaux me vieillissent
Alors laisse-moi, pour que je puisse vivre,
Voir les instants de mon passé qui m’enivrent.
Je te remercie…


Après les embrassades et les au revoir dominicaux, Thomas et ses parents rejoignirent la voiture sans avoir oublié les incontournables pots de confiture préparés amoureusement par Grand-mère. Ah ! Ma grand-mère !

Orpheline à l'âge de 10ans des suites d'une guerre qui a laminé le nord de la France, elle s'est retrouvée, tout simplement, pupille de la nation dans un orphelinat à Orchies près de Lille. Accablée de désespoir, déchirée de sa famille, et séparée de son frère jumeau, elle dut supporter le fardeau de l'existence sans pour cela renoncer à la vie. Dans ces moments de désarroi où une main tendue serait appréciée, l'impensable peut également arrivé. C'est ainsi que le gestionnaire peu scrupuleux de cet orphelinat s'est emparé des subventions de l'état à l'adresse des pupilles de la nation pour s'enrichir à l'étranger. Pas un sou pour ma grand-mère et pas un sou pour ces orphelins innocents à l'adolescence détruite, humiliée et mal chérie. Alors à vingt et un ans, elle se retrouva dans la vie active seule au monde, désemparée et démunie de l'obole compensatrice de l'état. Férocement déterminée à affronter et combattre la folie des hommes qui martelaient encore de leurs bottes les pavés du nord, elle claqua la porte de son purgatoire et partit la tête haute fusillant du regard son passé. Doit-on pleurer et maudire ou se reconstruire et construire ? Vivre dans le passé ou livrer bataille pour organiser son avenir ? Animée d'une force de caractère exemplaire, elle a su balayer du revers de la main, l'hostilité des hommes qui l'avait évincée du bonheur de l'adolescence. Elle qui aurait apprécié Gérard de Nerval quand il disait : « Profitons de l'adolescence, Car la coupe de l'existence, Ne pétille que sur les bords... ». Ou encore Louis Pauwels : « L'enfance trouve son paradis dans l'instant. Elle ne demande pas du bonheur, elle est le bonheur »

Alors, quand elle rencontra mon grand-père lors d’un pique-nique, là-haut sur la colline du Mont Houy qui surplombait l’Escaut, ses yeux se brouillèrent d’émotion. Elle se sentit de suite dévisagée, plutôt caressée d'un regard qui avait tendance à lorgner ses dentelles. Travaillait-il aux cent mille chemises sur la Place d'Armes à Valenciennes ? Aurait-t-il remarqué ses rougeurs monter ? Son teint rubescent et son visage mal poudré ? Pourtant cet homme au regard gris bleu acier et au corps d’athlète si bien moulé dans son Marcel, aimait admirer virevolter les papillons, effeuiller d’amour les pâquerettes et respirer l’air des collines aux senteurs « champignonnées ». Ceci elle l'avait remarqué même remarqué et remarqué encore… Mais pourquoi avait-il choisi sa tarte aux myrtilles ? Pourquoi dans tous ces assortiments, il avait choisi SA TARTE ! Elle baissa les yeux, passa ses doigts dans ses cheveux et allongea le pas dans le vent léger aux senteurs suaves. Un souffle duveté vint alors lui caresser sa joue rubescente d'un baiser qu'elle ne pouvait refuser... Dieu lui faisait un signe, c’est sûr, et par cette grâce que rien ne pouvait repousser, elle se mit à rêver en souriant aux anges. Son cœur se mit à battre la chamade et soudain, une voix intérieure lui murmura ceci : « Tu l’aimes déjà et c’est lui qui te conduira »...

A suivre... A suivre... A suivre... A suivre... A suivre... A suivre... A suivre... A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le trésor magique ou secrets de famille (4)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Maggie Smith] Secrets de Famille
» Secrets de famille / A Nurse's Story
» [Machinima] Secrets de famille _ [15/09/12]
» Secrets de famille - Niall Johnson
» Arbre Magique (l') (VULLI) 1975

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'envers des rimes :: VOS ECRITS :: VOS NOUVELLES.-
Sauter vers: